mardi 29 décembre 2015

Journée solidarité à Suresnes



Le 5 novembre dernier a eu lieu la journée solidarité à la salle des fêtes de l’hôtel de ville de Suresnes

Cette journée, portant sur le thème de la monoparentalité, a permis de rencontrer les divers partenaires pouvant intervenir autour de cette problématique

La Caf des Hauts-de-Seine a présenté ses diverses interventions, telles que les prestations versées et les missions et actions menées par les travailleurs sociaux

lundi 28 décembre 2015

Un simulateur pour connaître ses droits à la prime d’activité


La branche famille a mis en ligne sur le caf.fr un simulateur qui permet à toute personne qui travaille et a de petites ressources d’estimer son droit à cette nouvelle prestation

Pour en savoir plus :



Toutes les démarches s’effectuent par voie dématérialisée

La Caf des Hauts-de-Seine met en place une large campagne d’information auprès du public et à destination de ses partenaires afin de sensibiliser le public à cette nouvelle prestation

Pour accéder au simulateur

jeudi 17 décembre 2015

Inauguration d’une micro-crèche à Fontenay-aux-Roses



Le 24 novembre, la micro-crèche La girafe étoilée, située 47 rue Boucicaut à Fontenay-aux-Roses a été inaugurée en présence de Christian Bigret, 1er maire-adjoint délégué au commerce, à l’artisanat, aux affaires générales et aux travaux, Michel Faye, maire-adjoint délégué à l’urbanisme, l’environnement, au cadre de vie, aux transports et bâtiments communaux, Céline Alvaro, conseillère municipale déléguée à la petite enfance et de Fabrice Dorin, premier vice-président du conseil d’administration de la Caf des Hauts-de-Seine

La girafe étoilée représente la 44ème micro-crèche du département financée par la Caf au titre de l’investissement, et la deuxième sur la ville de Fontenay-aux-Roses

Agréée pour dix enfants, elle fonctionne en multiaccueil avec des systèmes de contractualisation variés et une facturation différenciée selon les revenus et la composition des familles

Cet équipement a bénéficié de la part de la Caf, d’une subvention d’investissement de 94 000 euros, couvrant ainsi 65 % du coût du programme





mardi 15 décembre 2015

Journée nationale de la laïcité

Le 9 décembre, dans le cadre de la journée nationale de la laïcité, la Caf des Hauts-de-Seine a été conviée par la Fédération des centres sociaux et le Ministère à participer à la visite de Laurence Rossignol, secrétaire d'État chargée de la famille, de l'enfance, des personnes âgées et de l'autonomie, au centre social et culturel des Fossés Jean de Colombes

Celle-ci a souhaité assister à un atelier sociolinguistique, et a ensuite participé à un atelier d'échange du réseau autour des questions de laïcité et de citoyenneté, en présence de Nicole Goueta, maire de Colombes, d’Alexis Bachelay, député, et des représentants de huit centres sociaux

Il s'agissait pour elle de comprendre comment, concrètement, la question de la laïcité s'invitait dans le travail de terrain des équipes des centres et comment elle était traitée

La fédération des centres sociaux a présenté le travail mené et chaque participant a illustré son action en faisant état des problématiques rencontrées et de la difficulté à traiter certaines réactions à l'aune du concept souvent mal compris de laïcité

La ministre s'est montrée très intéressée par la discussion, qui s’est prolongée pendant deux heures

À l'occasion de cette table ronde, la Caf a pu rappeler :
  • son implication dans le soutien aux Réaap et aux projets jeunes (une trentaine, portée par les centres sociaux dans le département)
  • la diffusion à venir de la charte de la laïcité et le soutien aux initiatives dans ce domaine
  • l'importance du travail sur internet et les réseau sociaux et la généralisation à venir de l'expérience des "promeneurs du net
Les difficultés rencontrées par les centres ont été pointées par les participants : logique d'appel à projets difficilement compatible avec l'approche globale de l'enjeu laïcité, utilisation de contrats aidés difficiles à pérenniser et difficulté dans les qualifications, particulièrement nécessaires pour traiter ces questions très complexes

La Ministre a entendu et valorisé fortement leur action, insistant sur le fait, qu’en matière d'éducation populaire, ils étaient parmi " les meilleurs"

La Caf a pour sa part valorisé la démarche globale de l'agrément qu’elle délivre, sa pluriannualité et, a contrario, regretté la précarité de certaines subventions d'autres partenaires qui rend difficile la situation des centres associatifs

Le financement de la branche famille sur le fonctionnement a été rappelé

mercredi 9 décembre 2015

Récréa’Caf 2015-2016 : les lauréats du mois de décembre

Le 2 décembre dernier, les jurys, composés d’administrateurs et de personnels de la Caf, ainsi que de représentants de l’Éducation nationale, se sont réunis, au siège de la Caf, pour attribuer les prix Récréa’Caf


32 projets ont été adressés à la Caf, 31 ont été retenus pour être présentés aux six jurys :

Ville
Nom de l’école
Titre du projet
Prix attribué en euros
Asnières-sur-Seine Centre B. Mauriceau La danse à travers le temps
870
Bagneux Paul Éluard Les jeux olympiques et paralympiques
858,85
Paul Éluard L’art-résistance pendant la seconde guerre mondiale
1 417.50
Joliot-Curie Le tour du Monde
1 857,80
Châtenay-Malabry Jean-Jaurès Petits écoliers au pays des merveilles, un monde à réinventer
1 500
Clamart Jules Ferry Un apiscope dans ma classe : une fenêtre ouverte sur la biodiversité
1 930,80
Jules Ferry Théâtre et langue
2 000
Jean Monnet Être des ambassadeurs du tri des déchets dans notre école pour la sauvegarde de la planète
320
Clichy-la-Garenne Jules Ferry A Les CM1 font leur cinéma !
2 000
Jules Ferry B Un an avec le Louvre
2 000
Jules Ferry B Mots arts
750
Louis Aragon Au pays de mon papa
600
Colombes Marcel Pagnol Les contes chamboulés de Marcel Pagnol
1 526,20
Lazare Carnot Le vélo à l’école et dans la ville
1 800
Lazare Carnot Et si on réalisait un livre numérique ?
1 330,50
Fontenay-aux-Roses Du Parc Le jardin de la classe
600
Gennevilliers Gustave Caillebotte Saventuriers de Papouasie, sur la piste des Papous
2 000
Malakoff Guy Môquet Le théâtre : apprendre à être et à voir l’autre. Ce que je suis, ce que je peux être et l’autre
2 000
Nanterre Paul Langevin Danseurs en herbe
2 000
Abdelmalek Sayad
L’interculturel au service des apprentissages et de l’inclusion des élèves
1 919,55
Jacques Decour B
Une ludothèque à l’école
2 145,85
Jean de la Fontaine
La disparition de Karim dans les rues de Paname ou.. invitation au voyage sonore
2 000
Maxime Gorki
Un an avec le Louvre
2 500
Henri Wallon
Folk à Zilina
375
Les Pâquerettes
Un escargot aux Pâquerettes
1 158,80
Honoré de Balzac
Japonisme et impressionnisme : découvertes culturelles croisées
2 000
Anatole France
Les institutions de la République
825
Voltaire
Un an avec le musée d’Orsay
820,82
Suresnes Les Raguidelles L’art de la nature
3 000
Berty Albrecht Un petit bout de Papouasie dans notre école
2 000
Rueil-Malmaison Claude Monnet Création d’un jardin des cinq sens : tutorat et coopération au service de l’intelligence manuelle
3 000

jeudi 3 décembre 2015

Inauguration d’un foyer de jeunes travailleurs à Clamart


Le 27 novembre, le foyer de jeunes travailleurs Le moulin de pierres, situé 41 rue du Moulin de pierres à Clamart, a été inauguré en présence de Jean-Didier Berger, maire de Clamart, Françoise Gagnard, présidente de l’association Relais pour l’accueil des jeunes travailleurs, Gilbert Santel, président d’Emmaüs habitat, Nelly Lordemus, directrice générale d’Emmaüs habitat et de Didier Lesur, président du conseil d’administration de la Caf des Hauts-de-Seine

Le promoteur du foyer Le moulin de pierres est Emmaüs habitat, société anonyme d’habitation à loyer modéré, qui construit, réhabilite, assure la gestion de logements locatifs sociaux, et construit aussi des résidences sociales pour les personnes en grande difficulté

Le foyer dispose de 54 lits, répartis en 38 chambres individuelles, 14 studios et 2 studettes et accueille une population mixte de jeunes salariés en activité ou en insertion, scolaires ou étudiants, âgés de 18 à 25 ans, en situation de fragilité ou précarité socio-éducative, pour leur permettre d’intérioriser des normes sociales, des valeurs de démocratie et de citoyenneté, de stabiliser leur parcours d’insertion

La Caf des Hauts-de-Seine a participé financièrement à cette opération d’investissement ambitieuse, pour la somme de 572 191 euros, représentant 20,3 % du coût du programme, et a accordé, au titre de l’aménagement et de l’acquisition d’équipement matériel et mobilier, une aide de 95 509 euros, représentant 50 % du coût du programme

Un stand Caf au forum logement à l’hôpital Corentin-Celton

Jocelyne Defruit et Olivier Martin sur le stand
Le 19 novembre dernier, une assistante sociale et un gestionnaire-conseil de la Caf des Hauts-de-Seine ont tenu un stand Caf à l’occasion du forum logement organisé par les services sociaux de l’hôpital Corentin-Celton d’Issy-les-Moulineaux, pour le personnel de cet établissement

Les deux collaborateurs de la Caf ont renseigné leurs visiteurs, principalement sur l'allocation de logement, l'allocation de base de la prestation d’accueil du jeune enfant, le RSA, l'allocation aux adultes handicapés et les aides financières d'action sociale

mardi 24 novembre 2015

Édito de novembre 2015


Caroline Gugenheim
Directeur de la Caf
des Hauts-deSeine

La Caf des Hauts-de-Seine a ouvert au public son agence de Châtenay-Malabry, le 30 septembre dernier. Celle-ci propose un accueil sur rendez-vous du public et un espace numérique en libre service, animé par des conseillers de service à l'usager

Le transfert de son agence de Gennevilliers rue de l'Union, permettra ainsi, la mise à disposition d'un second espace numérique, au nord du département

Les quatre autres agences, celles de Boulogne, Colombes, Issy-les-Moulineaux, et Nanterre se consacreront exclusivement à la réception du public sur rendez-vous permettant un examen approfondi des droits des allocataires

Les dossiers des allocataires des 36 communes que compte le département seront traités par les gestionnaires-conseil de la Caf recentrés désormais dans six agences, au lieu de huit jusqu’à fin décembre 2015, les allocataires ayant bien entendu la possibilité d’être reçus dans l’agence de leur choix

Le maillage territorial inclut aussi la mise à disposition de bornes interactives, accessibles 24 heures sur 24, en façade des agences de Colombes et de Nanterre, ainsi qu’aux heures d’ouverture chez certains de nos partenaires, dont des centres d'accueil de la Cpam des Hauts-de-Seine, et enfin, l’accueil par des partenaires dits « relais » de la Caf, en capacité d’aider le public dans l’utilisation de l’offre numérique mise à disposition par la Caf, au travers de son site www.caf.fr, de son application pour tablette et smartphone « Caf - Mon compte »…

Je souhaite que ces nouvelles modalités d’accueil permettent aux publics, notamment les plus fragilisés, de bénéficier d’un accompagnement rapproché leur permettant un accès aux droits facilité

Dans le contexte tragique qui a à nouveau frappé la France, la Caf des Hauts-de-Seine, organisme au service de son public et de ses partenaires, réaffirme ses valeurs de solidarité, d’égalité, d’équité, de neutralité et de laïcité, que rien ne viendra altérer

Le texte de la charte de laïcité adopté dans la branche et que vous pouvez télécharger dans l’article consacré à ce sujet, vous sera prochainement adressé sous forme d’une affiche


Renouvellement certification Iso 2015/2018




À l’issue de l’audit réalisé au mois de mai dernier par Afnor certification, la Caf des Hauts-de-Seine a obtenu le renouvellement pour trois ans de la certification de son système qualité à la norme Iso 9001

Celui-ci valide la pertinence de l’organisation mise en place, qui repose sur l’implication renforcée de l’encadrement et des équipes, ainsi que sur un suivi rapproché de l’amélioration continue

Au nombre des points forts relevés dans le rapport d’audit figurent : le respect des engagements de service dans un contexte de forte augmentation des flux, la mise en place d’améliorations conformément aux orientations stratégiques définies dans le contrat pluriannuel d’objectifs et de gestion de la Caf

Pour mémoire, la Caf des Hauts-de-Seine a été certifiée Iso pour la première fois en 1997, certification renouvelée depuis lors. Elle est par ailleurs labellisée Marianne depuis novembre 2011. Cette démarche, tout en répondant aux engagements de la branche famille, approfondit, pour les aspects relevant de l'accueil et de la relation avec les usagers, le processus d'amélioration continue dans lequel la Caf est engagée



Journée portes ouvertes à La maison dans le jardin


Pour fêter ses 25 ans, La maison dans le jardin, lieu d'accueil enfants-parents, organise une journée portes ouvertes pour les professionnels, vendredi 4 décembre 2015 de 12 à 15 heures, ainsi qu'une conférence-débat le soir, à 20 heures, autour du thème "L'autorité : savoir dire", animée par les psychanalystes Jean-Pierre Winter et Myriam Szejer au Centre 72, 72 rue Victor Hugo 92270 à Bois-Colombes


Pour plus de renseignement : 06 07 30 17 10 contact@lamaisondanslejardin.fr
lamaisondanslejardin.fr

Journée annuelle du réseau des relais assistantes maternelles des Hauts-de-Seine




Le 17 septembre 2015 à Asnières-sur-Seine, au petit théâtre Armande Béjart, s'est tenue la journée annuelle du Réseau des relais assistantes maternelles (Ram) des Hauts-de-Seine. Cette rencontre, que la Caf est appelée à animer, a été l’occasion de réunir les 42 relais du département, soit une cinquantaine de personnes. Tout au long de l’année, ces établissements travaillent en trois sous-groupes : les réseaux nord, centre et sud

Après un accueil convivial organisé par les animatrices d’Asnières, Madame Carmantrand, adjointe au maire et à la petite enfance d’Asnières, a introduit la journée pour laisser la parole aux partenaires invités : la Caf, la Fédération des parents particuliers employeurs (Fepem), l’Institut de formation à l’assistance aux personnes (Ifap Levallois), la Maison d’assistantes maternelles des pitchouns, le Ram itinérant de l’Association la nouvelle étoile

La Caf a ainsi abordé plusieurs sujets :

- la nouvelle prestation Prépare et ses incidences sur l’accueil des enfants. En effet, les nouvelles modalités de congé laissent envisager une progression des demandes d’accueil pour des enfants de 2 ans et plus. Dans les prochaines années, les assistantes maternelles doivent s’attendre à accueillir des enfants plus âgés et sur des contrats plus courts. Cette évolution pourra également répondre en partie au sous-emploi des assistantes maternelles

- le projet Soleil, émanation de la Commission départementale du jeune enfant (CDAJE). Ce projet vise à offrir des solutions d’accueil aux familles en insertion professionnelle ou sociale en ciblant les assistantes maternelles en sous-emploi. Expérimenté dans la ville de Colombes durant une année, les résultats s’avèrent encourageants bien que restreints à quelques familles. L’occasion de saluer l’implication du Ram et des partenaires locaux, et de souligner également les effets induits du projet - axé à l’origine sur l’accueil individuel – sur la progression de la réponse en accueil collectif.
Le projet Soleil est adaptable à chaque commune en fonction d’un diagnostic établi. Quatre ont d’ores et déjà manifesté leur intérêt : Nanterre, Rueil-Malmaison, Suresnes et Bagneux

- l’appel à projets handicap : actuellement orienté exclusivement sur l’accueil des enfants porteurs de handicap au sein des établissements collectifs de la petite enfance et des accueils de loisirs, la Caf souhaite engager une réflexion sur la place de l’accueil individuel dans ce domaine

- le protocole Ram/PMI : dans le cadre de la CDAJE, une sous-commission s’est formée avec pour objectif d’élaborer une trame de référence visant à harmoniser les pratiques et les missions de ces deux partenaires. PMI et Caf ont fait appel à des personnes ressources pour ce travail. Cinq animatrices de relais se sont proposées

- les nouveaux outils d’évaluation de l’activité des Ram : ces documents avaient été distribués à toutes les animatrices de relais lors de la journée annuelle des Ram de 2014. Outre un courrier d’information envoyé aux gestionnaires de Ram, la Caf propose un accompagnement des animatrices à destination des trois réseaux, autour de plusieurs rencontres, au mois de novembre 2015

Appel à projets en direction des adolescents pour 2016




La Caf des Hauts-de-Seine aide les jeunes à réaliser
leurs projets !


Voyages humanitaires, festivals de musique, pièces de théâtre, spectacles, débats, rencontres sportives... La Caf poursuit sa politique en direction des jeunes en s'appuyant sur deux grands principes : le soutien aux initiatives des jeunes et leur implication dans les projets

La Caf des Hauts-de-Seine reconduit son appel à projets jeunes en offrant la possibilité de financer jusqu’à 80 % des projets élaborés par les adolescents

En 2015, ce sont 36 projets qui ont été sélectionnés pour un financement global de 183 918 euros


Qui peut participer ?


Cet appel à projets est à destination des jeunes de 11 à 17 ans révolus, regroupés ou non en association. La Caf porte une attention particulière aux adolescents issus des territoires ciblés par la géographie prioritaire

L’appel à projets est ouvert aux personnes morales de droit public ou privé à but non-lucratif
(les structures locales d’animation jeunesse, les structures d’animation de la vie sociale, les associations gestionnaire d'ALSH, groupes de jeunes porteurs de projet réunis en association 1901…)

Un « référent projet » devra être identifié. Cet adulte accompagne les jeunes dans leur démarche projet


Pour quels projets ?


Toute idée pour participer à l’animation de la vie locale, construire un projet solidaire ou développer une action en faveur des loisirs

Vous avez un projet autour de la citoyenneté, de la solidarité internationale, de départ en vacances, de montage d’une pièce de théâtre ou d’exposition, de protection de l’environnement,
du lien intergénérationnel ?... Répondez à l’appel à projets jeunes

Les projets développés doivent permettre aux adolescents de :
  • s’autonomiser en les associant à l’élaboration des actions les concernant
  • susciter leurs initiatives et favoriser leur prise de responsabilité
  • contribuer à leur épanouissement et à leur intégration dans la société en favorisant l’apprentissage de la vie sociale, et l’investissement dans la vie de la cité (investissement bénévole, service civique, engagement social, formation, etc.)

Attention, les activités et sorties organisées par les établissements scolaires, les projets d’études, de stage et de formation, les séjours linguistiques, la participation à des compétitions sportives, les projets à visée scolaire sont exclus du champ d'application des projets jeunes

Le dossier devra être remis au plus tard le 20 février 2016 pour les projets portant sur l’année 2016

Télécharger :

lundi 23 novembre 2015

Zoom sur un appel à projets dédié à l'initiative des jeunes




Depuis 2014, la Caf des Hauts-de-Seine soutient les initiatives de jeunes âgés de 11 à 17 ans.
La possibilité leur est offerte de réaliser des projets liés à l’animation de la vie locale, de construire des projets solidaires autour de la citoyenneté, de la solidarité internationale, des loisirs, de la culture…

En 2015, la Caf a émis un avis favorable pour 90 % des projets présentés. Ce sont ainsi 36 projets qui ont bénéficié d’un soutien financier pour un montant total de près de 184 000 €. 67 % des projets soutenus sont issus des territoires concernés par la politique de la ville. Ce sont principalement des associations qui accompagnent les adolescents dans l’élaboration et la mise en œuvre de leur projet

Grâce à ce dispositif, des jeunes de Rueil-Malmaison et Clamart, accompagnés par l’association Contrôle Z, ont pu vivre une aventure humaine originale : du 20 au 24 juillet 2015, 12 jeunes organisaient un séjour en République Tchèque sur le thème de la liberté d’expression.
Leur objectif : comprendre, échanger avec des habitants et des artistes de Pilsen et Prague et se questionner sur l’histoire de la culture et de la liberté d’expression d’un pays. À leur retour, ces jeunes ont partagé leur expérience avec les habitants et partenaires, le 19 octobre 2015, à l’occasion du vernissage de leur exposition  « Agissons pour la liberté d'expression» où film et photos ont été diffusés

Quelques autres exemples de projets soutenus


 « Jeunesse et citoyenneté »  

  • Un séjour à Berlin et une visite au mémorial de Caen - Centre social Y. Noah  Asnières-sur-Seine - groupe de 20 jeunes
Petit film sur le projet jeunesse et citoyenneté 2014-2015 : https://youtu.be/6FnY0PeQ1gg
  • La conception et réalisation d'un jeu de plateau par un groupe de 12 adolescents. Destiné aux adolescents, ce jeu est centré sur leur éveil à la citoyenneté - Centre social des Fossés Jean - Colombes

« Séjours et activités de loisirs »

  • Un séjour en Auvergne pour un groupe de 12 jeunes - Club Fanny - Clichy-la-Garenne
  • « Mes premières vacances : La Rochelle » - séjour organisé par un groupe de 15 jeunes - Centre social Aimé Césaire - Asnières-sur-Seine

« Projets culturels et sportifs »

  • La réalisation d'un court métrage porté par un groupe de jeunes pour prévenir les comportements à risque des adolescents - Centre socioculturel Maison pour tous - Nanterre
  • « Colombes-Le Havre à vélo » : pour une sensibilisation des dangers de la route - Association des Habitants de la Côte d'Auty - Colombes

« Solidarité internationale » 

  • Une aventure solidaire à partager : électrification de 2 dispensaires par un groupe de
    11 jeunes en formation électrotechnique au Burkina Faso - Fondation Auteuil - Lycée Professionnel St Philippe - Meudon



Contrats locaux d’accompagnement à la scolarité : des enveloppes en augmentation




À partir de l’année scolaire 2015-2016, la Caf a souhaité marqué de façon significative son soutien à ces actions de proximité à destination des enfants et des jeunes. Aide aux devoirs et accompagnement méthodologique... mais pas uniquement. Ce dispositif vise en effet à garantir également l'égalité des chances dans l'accès à la culture, au savoir et à favoriser le développement et l’épanouissement des enfants. C'est aussi un soutien apporté aux parents par l'intermédiaire de rencontres, d'échanges d'informations, et d’un accompagnement au suivi de la scolarité de leurs enfants

La Caf prévoit une augmentation progressive des fonds qu’elle dédie aux contrats locaux d'accompagnement scolaire (Clas) dans le département, avec, dès 2015, une dotation évaluée à hauteur de à 1,22 million d’euros, contre 990 000 € pour l’exercice 2014


jeudi 19 novembre 2015

Inauguration d’un multiaccueil à Colombes




Le 6 novembre, le multiaccueil « Les alouettes », situé 7 rue de Frankenthal à Colombes, a été inauguré en présence de Nicole Goueta, maire de Colombes, Bernadette Samama, maire-adjointe déléguée à la famille, un représentant de la société Les petits chaperons rouges et de Didier Lesur, président du conseil d’administration de la Caf des Hauts-de-Seine

Géré par la société « Les petits chaperons rouges », le multiaccueil dispose d’une capacité de 60 berceaux, au sein d’un programme de reconstruction et de renouvellement urbain de l’Île Marante

Cette opération constitue un des axes de développement portés au contrat enfance et jeunesse signé entre la Caf et la Ville pour la période 2014-2017

Cet équipement a bénéficié de la part de la Caf, d’une subvention d’investissement de
540 000 euros, prélevée sur le plan crèche pluriannuel d’investissement, représentant 16,5 %
du coût du programme

Il perçoit par ailleurs la prestation de service unique servie par la Caf au titre de son fonctionnement




mardi 3 novembre 2015

Le point sur la prime d’activité




La loi 2015-994 du 17 août 2015, parue au Journal officiel du 18 août, relative au dialogue social et à l’emploi institue en son titre IV (articles 57 à 62) la prime d’activité, qui fusionne la prime pour l’emploi, relevant de l’administration fiscale, et le RSA "activité" géré par les Caf et les centres de la MSA. Cette prestation entrera en vigueur le 1er janvier 2016

La prime d'activité est une aide financière destinée à favoriser la reprise d’activité et qui augmente les ressources des travailleurs (salariés, travailleurs indépendants et auto-entrepreneurs) à revenus modestes

Les étudiants et apprentis qui ont des revenus mensuels d'au moins 85 % du Smic net sont également éligibles à cette prime

Les conditions d’ouverture du droit



Condition de résidence


L’attribution de la prime en faveur des ménages justifiant des revenus d’activité professionnelle est subordonnée à certaines conditions :

  • ne pas avoir le statut de détaché temporaire en France
  • être de nationalité française ou titulaire d’un titre de séjour autorisant à travailler depuis au moins cinq ans
  • résider en France (c’est-à-dire au moins neuf mois par an) 
  • ne pas être en situation de retrait volontaire du marché de l’emploi
  • ne pas avoir le statut d’étudiant ou apprenti (sans revenus), sauf pour les personnes éligibles à la prime majorée

L’ensemble de ces conditions doit être rempli par l’allocataire et son conjoint (ou concubin ou pacsé) sur le trimestre de référence (trois mois précédent le calcul du droit). Certaines de ces conditions doivent aussi être remplies sur le trimestre de droit, au titre de chaque mois (conditions de résidence, de régularité de séjour et exigence de ne pas avoir le statut de détaché)


Notion d’enfant ou de personne à charge


Les critères définissant la notion d’enfant ou de personne à charge (autre que conjoint ou concubin) pris en compte pour déterminer les droits à la prime sont :

  • être considéré à charge et à ce titre pris en compte pour la part familialisée (montant forfaitaire) de la prime
  • ne pas avoir bénéficié de la prime d’activité à titre individuel au titre de l’année considérée



Nature des ressources prises en compte


Les catégories de ressources prises en compte pour le calcul de la prime d’activité sont :

  • les revenus de nature professionnelle
  • les revenus de remplacement (il s’agit des mêmes qu’en matière de RSA). Les aides au logement sont prises en compte de manière forfaitaire, ou à hauteur de leur montant réel, dans le cas où les droits sont inférieurs au forfait
  • s’agissant des non-salariés (à l’exclusion des personnes exerçant en qualité d’auto-entrepreneur), la prime sera calculée en fonction des bénéfices issus de leur activité d’employeur et travailleur indépendant perçus en N-2 et à hauteur de 1/12ème de leur montant
  • s’agissant des auto-entrepreneurs, à l’identique du RSA, le montant de la prime sera calculé exclusivement en fonction des revenus déclarés chaque trimestre (chiffre d’affaires ou montant de recettes)



Modalités de calcul de la prime 


Les droits à la prime d’activité sont calculés et le versement est effectué selon le principe de l’effet figé. Celui-ci consiste à verser chaque mois un montant égal à la moyenne des primes calculées pour chaque mois du trimestre de référence, compte-tenu de la composition du foyer et de la situation d’isolement observés le dernier jour de chaque mois et des ressources perçues au titre de chaque mois

La situation familiale prise en considération est celle connue lors du renouvellement périodique des droits ou du dépôt de la demande


Modalités de détermination des droits à la prime d’activité majorée


Le montant de la prime peut être majoré en faveur des personnes assumant seules la charge d’un ou plusieurs enfants ou des femmes en état de grossesse. La majoration pour isolement peut être attribuée durant douze mois et son versement prolongé jusqu’au 3ème anniversaire de l’enfant


Modalités de gestion pour les situations d’incarcération ou d’hospitalisation


Des modalités particulières s’appliquent pour ces cas :

  • hospitalisation : le droit à la prime est réduit à hauteur de 50 % en cas d’hospitalisation d’une personne isolée, sauf situation de grossesse. La réduction intervient au terme du 2ème trimestre suivant la survenance de l’hospitalisation
  • incarcération : le droit à la prime est interrompu en cas d’incarcération pour les personnes isolées ; son montant est réduit pour les personnes en couple


Les modalités de calcul 


La prime d’activité est constituée d’une part « familialisée » (montant forfaitaire), et de parts
« individualisées » (bonifications) en faveur de chaque membre du foyer percevant des revenus d’activité professionnelle d’un montant minimal

Le droit à la prime est révisé périodiquement tous les trimestres

Les droits inférieurs à 15 euros ne donnent pas lieu à versement

Les indus de prime inférieur à 22 euros ne sont pas recouvrés, à l’identique des prestations familiales en l’absence d'autres prestations sur lesquelles peut être effectuée une récupération


Les contrôles et contentieux 


Les Caf et Caisses de mutualité sociale agricole (CMSA) en leur qualité d’organismes débiteurs réalisent les contrôles selon les règles, procédures et moyens d’investigation applicables aux prestations familiales

Les recours gracieux - contestations et demandes de remise de dettes - relèvent de la compétence des commissions de recours amiables (Cra)

L’examen des recours contentieux, après examen préalable par la Cra, est de la compétence du tribunal administratif

La prime d’activité n’est ni saisissable, ni cessible


Les démarches pour l’accès à la prime


Les demandes à la prime d’activité s’effectueront uniquement sous forme dématérialisée

Le droit prend effet à compter du mois de la demande. Toutefois, pour celles qui parviendraient au cours du premier trimestre 2016, il pourra être appliqué en effet rétroactif au 1er janvier 2016

La prime est attribuée selon les modalités communes à l’ensemble des prestations :

  • désignation de l’allocataire : il s’agit prioritairement de la personne désignée pour l’ensemble des autres prestations
  • versement chaque mois à terme échu
  • obligation des bénéficiaires d’informer les Caf ou CMSA de tous changements de situation

En application du principe inscrit dans la loi, selon lequel la demande de RSA vaut demande de prime, un bénéficiaire à cette prestation qui débute une activité professionnelle n’aura pas de formalité particulière à effectuer : ces droits à la prime et son montant éventuel seront valorisés automatiquement

Un programme de travail en trois étapes sur le champ de la jeunesse pour la branche famille




Dans sa séance du 1er septembre 2015, le conseil d’administration de la Caisse nationale des allocations familiales a validé le principe de définir une politique ambitieuse en direction de la jeunesse de façon à mieux prendre en compte les évolutions sociétales : redistribution des responsabilités territoriales, omniprésence du numérique, phénomènes de radicalisation, etc.

À cet effet, il a donné délégation à sa commission d’action sociale pour arrêter un programme de travail, partant du constat que l’action de la branche famille sur cette tranche d’âge est essentielle pour l’inclusion sociale, l’autonomisation, la prise d’initiative collective et citoyenne ainsi que le vivre ensemble

Acteur majeur sur la tranche d'âge des 6-25 ans et déjà fortement investie sur le champ des 6-16 ans, la branche famille souhaite aborder celui des jeunes adultes qui devient un enjeu encore plus prégnant avec l'intégration des nouveaux bénéficiaires de la prime d'activité, aux côtés du public étudiant déjà connu

Un programme de travail, en trois étapes, a ainsi été adopté le 15 septembre 2015


Première étape (à court terme) : valoriser et développer les actions inscrites dans les orientations de la convention d’objectifs et de gestion (COG) signée entre l’État et la Cnaf pour les années 2013 à 2017


Valoriser les actions existantes en mettant en place les outils correspondants


De nombreuses initiatives sont mises en œuvre et déployées par le réseau des Caf et leurs partenaires mais sont insuffisamment valorisées

À l’aune de ce qui se fait pour les différentes politiques d’action sociale, les services de la Cnaf veilleront à mettre en place les outils nécessaires pour mieux sensibiliser les familles sur les actions existantes, mieux informer les acteurs concernés et développer les partenariats utiles

Ils diffuseront aux Caf les instructions correspondantes et travailleront sur des outils de communication adaptés

Enfin, à l’instar du comité partenarial petite enfance piloté par les services de la Cnaf, ils mettront en place un comité partenarial sur le champ de la jeunesse ayant pour objectif de :

  • consulter régulièrement les partenaires nationaux qui œuvrent dans le champ de la jeunesse afin d’interroger ou conforter certaines orientations (politiques et techniques) prises par la branche famille. Actuellement, la Cnaf ne dispose pas d’instance de partage où il est possible d’échanger avec les acteurs associatifs sur les enjeux du secteur
  • vérifier la bonne adéquation entre les objectifs politiques de la branche famille et la réalité du terrain
  • présenter, partager et échanger autour d’études diverses relatives au champ de la jeunesse
  • assurer une veille sur les évolutions sociétales relatives à ce champ


Financer des actions nouvelles valorisant les valeurs de la République en direction des jeunes


Au fur et à mesure de l’examen des dossiers qui leur remonteront, les services de la Cnaf soumettront au vote des administrateurs le financement d’actions en conformité avec les orientations de la COG et de la doctrine adoptée (cf. infra)


Deuxième étape (moyen terme) : arrêter la doctrine de la branche famille en direction de la jeunesse


Dans cette perspective, les interventions des différents acteurs sur le sujet seront recensées afin de documenter suffisamment les problématiques auxquelles les jeunes sont aujourd’hui confrontés

Dans l’objectif d’élaborer une politique globale cohérente, les services de la Cnaf organiseront des sessions participatives avec des Caf et des partenaires pour identifier les nouveaux champs d’intervention ou les nouvelles modalités d’action

Ils veilleront à prendre en compte le rôle majeur des Caf dans la structuration de l’offre sur les territoires dans une dynamique partenariale


Troisième étape (long terme) : définir une stratégie en vue de la négociation de la prochaine COG


Ces travaux seront inscrits dans le prolongement d’une démarche "prospective". Ils débuteront dans le courant du premier trimestre 2016

Une charte de la laïcité de la branche famille avec ses partenaires




À la suite des évènements de janvier 2015 et de la mobilisation qui a suivi, un plan d’action institutionnel a été élaboré dans la branche famille avec la mise en place de trois ateliers : 

  • atelier 1 : la laïcité, une valeur qui transcende l'ensemble des politiques familiale et sociale de la branche famille et de ses partenaires
  • atelier 2 : la réinterrogation des pratiques des professionnels et l'importance des évolutions liées à l'internet et aux réseaux sociaux
  • atelier 3 : le repérage des situations et l'accompagnement des familles confrontées à la radicalisation
Afin de promouvoir les valeurs de la République et du bien vivre ensemble, il est apparu nécessaire de rappeler les principes suivants pour faciliter leur appropriation par l’ensemble des acteurs, professionnels, bénévoles, usagers et partenaires :
  • le respect de la dignité humaine
  • la laïcité, la neutralité et la mixité
  • la solidarité, la liberté et la fraternité
  • la participation et le partenariat
Ces principes et valeurs étant les vecteurs de la politique familiale et sociale de la branche famille, il s’est agit de renforcer cette transmission via la rédaction partagée d’une charte portée avec l’ensemble des partenaires des Caf

Les valeurs et principes de la République française s’appliquent tout naturellement aux structures, services et équipements développés et/ou financés par les Caf, comme les centres sociaux, les espaces de vie sociale, les accueils de loisirs, mais aussi les établissements d’accueil du jeune enfant (EAJE), les foyers jeunes travailleurs (FJT), qui constituent des lieux ressources pour acquérir les notions de citoyenneté


Affirmer le respect des valeurs fondamentales rend nécessaires :
  • une claire définition des objectifs et principes de laïcité et mixité à afficher via les conventions d’objectifs et de financement et les conventions territoriales globales
  • le partage de ces principes et valeurs par les partenaires, les opérateurs, les gestionnaires d’équipements
  • une vérification de la bonne mise en œuvre de ces principes par le contrôle des équipements et services soutenus par les Caf, qui veilleront au respect des principes et valeurs et à la prévention de pratiques sectaires et prosélytes
  • une optimisation des moyens pour que les Caf puissent pleinement jouer leur rôle d’experts dans le cadre d’observations locales partagées
Ces modalités sont traduites au sein d’une charte qui peut se définir comme :
  • une charte d’intentions
  • une charte d’attention (au sens d’être « attentif »)
  • une charte engageante, une mise en perspective pour avancer ensemble (Cnaf, Caf, partenaires, salariés, bénévoles) et impulser une dynamique collective


Elle s’organise autour de quatre objectifs :

  • un message fort : l’enjeu de la paix civile et la réaffirmation des valeurs fondatrices
  • un principe de proportionnalité appliqué aux règles de vie et d’organisation
  • une attention portée aux réalités de terrain
  • une charte qui n’a pas vocation à tout régler, mais qui doit s’articuler avec les autres outils et textes normatifs
La charte de la laïcité de la branche famille avec ses partenaires a été adoptée par le conseil d’administration de la Cnaf, le 1er septembre 2015



lundi 2 novembre 2015

Les implantations des agences de proximité de la Caf des Hauts-de-Seine en 2016





La Caf des Hauts-de-Seine va procéder à la réorganisation de ses circonscriptions d’accueil

Au 1er janvier 2016, six agences accueilleront le public. De ce fait, les allocataires de plusieurs villes du département vont changer d’agence de rattachement. Ainsi, l’agence de :

  • Boulogne conserve les villes de Boulogne-Billancourt, Chaville et Sèvres, et prend en charge celles de Garches, Marnes-la-Coquette, Saint-Cloud, Suresnes, Vaucresson et Ville-d’Avray
  • Châtenay-Malabry conserve les villes d’Antony, Bagneux, Bourg-la-Reine, Châtenay-Malabry, Châtillon, Fontenay-aux-Roses, Le Plessis-Robinson et Sceaux, auxquelles s'ajoute Châtillon
  • Colombes conserve Bois-Colombes et Colombes, prend en charge Courbevoie, La Garenne-Colombes et Levallois-Perret
  • Gennevilliers, conserve Clichy-la-Garenne, Gennevilliers et Villeneuve-la-Garenne, et intègre Asnières-sur-Seine
  • Issy-les-Moulineaux conserve les villes de Clamart, Issy-les-Moulineaux, Malakoff, Montrouge et Vanves, et prend en charge Meudon
  • Nanterre garde Nanterre et Puteaux et intègre Neuilly-sur-Seine et Rueil-Malmaison

Dans chacune de ces agences, les réceptions sont assurées sur rendez-vous que les allocataires peuvent prendre via le site caf.fr, rubrique « Ma Caf » puis « Contacter ma Caf » ou par téléphone au 0810 25 92 10 (coût 0,06 euro plus prix de l’appel)

À Châtenay-Malabry un espace numérique libre, animé par des conseillers de service à l'usager est ouvert du lundi au vendredi de 9 heures à 16 heures. La nouvelle agence de Gennevilliers qui ouvrira ses portes au cours du 2ème trimestre 2016, proposera également ce nouveau service

Bientôt un forum parentalité à Puteaux


L’association "le Rendez-vous des parents", en partenariat avec la mairie de Puteaux, le Conseil départemental et la Caisse d’allocations familiales des Hauts-de-Seine, organise, les 20 et 21 novembre 2015, deux journées consacrées aux préoccupations des familles et des professionnels accompagnant les parents exposés à des difficultés dans leur rôle de parents

La journée du 20 novembre sera dédiée à tous les acteurs professionnels. La maltraitance des enfants, des adultes et des séniors sera au cœur des débats
Inscription au forum professionnels

Celle du 21 novembre sera ouverte à toutes les familles l'après-midi pour une réflexion et un partage autour du thème du harcèlement et du cyber harcèlement des enfants et des adolescents
Inscription au forum parents

Inscription obligatoire jusqu’au 15 novembre 2015 - entrée gratuite

Renseignement au 07 83 37 16 73 - forum-puteaux@lerendezvousdesparents.com



lundi 26 octobre 2015

Comment prendre rendez-vous à la Caf ?



Les allocataires qui souhaitent être reçus par un gestionnaire-conseil dans l’une des agences de la Caf doivent obligatoirement prendre rendez-vous


Deux moyens pour cela


  • 24 heures sur 24 et sept jours sur sept, via le site internet www.caf.fr.

    Il suffit de s’y connecter en indiquant le code postal de sa commune de résidence,
    puis, dans la colone de droite cliquer sur « Contacter ma Caf » et « Prendre un rendez-vous ». Il ne reste plus qu’à sélectionner la raison de sa demande de rendez-vous. Lorsque le motif le nécessite, l’allocataire peut choisir le jour et l’heure qu’il souhaite parmi les disponibilités de l’agence sélectionnée

  • La demande de rendez-vous peut également être effectuée par téléphone,
    au 0810 25 92 10 (0,06 euro plus prix de l’appel), du lundi au vendredi de 9h00 à 16h00

    Le correspondant en ligne avec l’allocataire prend note de sa demande en lui indiquant qu’un personnel de la Caf va le recontacter pour finaliser sa demande de rendez-vous



Pour chaque rendez-vous, un code est donné à l’allocataire qu’il doit conserver afin de l’indiquer à la personne qui l’accueillera dans les locaux de son agence

Bientôt une garantie contre les impayés de pensions alimentaires sur l'ensemble du territoire ?



Le principe de cette garantie


En vue d’aider les parents isolés à la suite d’une séparation ou d’un divorce, l’article 27 de la loi du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes a permis d’expérimenter pendant une période de 18 mois, à compter d’octobre 2014, un mécanisme de garantie contre les impayés de pensions alimentaires (Gipa) dans 20 départements, soit en faveur d'environ 750 000 allocataires

Ce dispositif se compose d’un ensemble de mesures, qui allie un soutien renforcé aux familles monoparentales et une responsabilisation accrue des débiteurs de pensions alimentaires impayées. Il participe ainsi à la lutte contre la pauvreté des enfants vivant dans une famille monoparentale

S’agissant du soutien financier renforcé, le dispositif Gipa permet le versement d’une allocation de soutien familial (ASF) différentielle aux personnes créancières de petites pensions alimentaires, c’est-à-dire d’un montant inférieur à celui de l’allocation de soutien familial, même lorsque celles-ci sont intégralement versées par le débiteur. De plus, cette prestation est versée dès le premier mois d’impayé de pension alimentaire (au lieu de deux mois d’impayés consécutifs exigés dans le droit commun de l’ASF)

Par ailleurs, la Gipa renforce les moyens à la disposition des Caf pour le recouvrement des pensions alimentaires impayées en étendant de six à vingt-quatre mois les échéances de pension alimentaire pouvant être récupérées au titre de la procédure de paiement direct


Les principaux résultats de l’expérimentation


Après seulement neuf mois de mise en œuvre (octobre 2014 à juin 2015), l’expérimentation de la Gipa donne déjà ses premiers résultats : 2 779 foyers bénéficiaires de la nouvelle ASF différentielle (complémentaire) sont dénombrés au titre de juin 2015, donnée à rapporter aux 22 000 décisions de justice fixant une contribution à l’entretien et à l’éducation de l’enfant inférieure au montant de l’ASF, chaque année. Si la tendance observée se confirme, la montée en charge est appelée à se poursuivre

Les allocataires apprécient le soutien financier supplémentaire que leur procure cette nouvelle prestation, même si sa prise en compte pour le calcul du RSA peut constituer un frein : certaines familles ont exprimé le souhait de ne pas faire valoir leur droit à l’ASF complémentaire en l’absence de gain financier

Le taux de recouvrement des pensions alimentaires avant expérimentation en utilisant le paiement direct classique (recouvrement de six mois d’arriérés et du terme courant) atteignant 46,7% pour le régime général, il devrait progresser avec l’aménagement de la procédure (recouvrement de vingt-quatre mois d’arriérés et du terme courant)

Dans le cadre de cette expérimentation, des séances d’information "Être parents après la séparation" ont été mise en place en direction d’une centaine de professionnels, au deuxième trimestre 2015, par le groupe projet national composé de la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf), de la Caisse centrale de la mutualité sociale agricole (CCMSA), du Centre national d'information sur les droits des femmes et des familles (CNIDFF), de l’Association pour la médiation familiale (APMF), de la Fédération nationale de la médiation et des espaces familiaux (Fenamef) et de médiateurs experts

En matière de soutien à la parentalité, l’intervention des organismes vise à accompagner précocement les parents, dans l’intérêt premier des enfants, en proposant une offre diversifiée de soutien au rôle et aux responsabilités éducatives

Au-delà du public bénéficiaire, l’expérimentation a d’ores et déjà réussi à fédérer, dans l’ensemble des vingt départements expérimentaux, les acteurs concernés par l’obligation alimentaire. Une réelle dynamique s’est enclenchée, notamment dans la structuration du partenariat des organismes avec la Justice, nourrie d’une meilleure connaissance mutuelle


Que prévoit le projet de loi de financement de la sécurité sociale 2016 ?


Au vu des résultats positifs de son expérimentation, le projet vise à généraliser l’ensemble du dispositif à tout le territoire au printemps prochain


Alerte aux phishings




Régulièrement certaines personnes, allocataires ou non, reçoivent des courriels les invitant à se connecter sur des sites frauduleux et à indiquer des informations confidentielles les concernant

Régulièrement, la Caf reçoit des alertes de ses allocataires qui ont été destinataires de tels courriels. Le message d’aguichage leur promet de bénéficier d’une prestation d’un montant conséquent (plusieurs centaines d’euros) si elles communiquent l’intégralité des informations indiquées (état civil, compte bancaire et références complètes de leur carte bancaire, etc.). Certains phishings demandent en plus la photocopie intégrale de pièces d’identité

Il s'agit bien sûr d'escroqueries et la Caf avertit régulièrement ses allocataires afin qu'ils ne se laissent pas abuser







Quatre volontaires du service civique rejoignent la Caf des Hauts-de-Seine




Depuis le 5 octobre dernier et jusqu’au 31 mars 2016, quatre volontaires du service civique participent à la promotion du caf.fr et des téléprocédures

Ils ont en effet pour mission :
  • d’accompagner les allocataires dans l’utilisation du site internet caf.fr
  • de réaliser des actions de promotion du site caf.fr (présentation aux partenaires, tenue de stands sur les forums, etc.)
Aussi, ils peuvent intervenir lors d’opérations ponctuelles en direction des usagers (par exemple dans les résidences universitaires pour aider les étudiants à télédéclarer leur demande d’aide au logement)


Chiffre-clé




Sur les 262 050 allocataires que dénombrait la Caf des Hauts-de-Seine au 31 décembre 2014,
229 765 se sont connectés au moins une fois durant cette même année sur le site www.caf.f

Prise en charge des allocataires de la Caisse maritime d’allocations familiales (Cmaf) par les Caf




Les marins, qui relevaient de la Caisse maritime d’allocations familiales seront, au plus tard le 1er décembre 2015, gérés par la Caf dont dépend leur résidence

À compter du 20 décembre 2015, les Caf prenantes seront compétentes, y compris pour la gestion de l’antériorité (créances et rappels)

Les personnes concernées ont toutes été informées par la Cmaf, les invitant à mettre à jour rapidement leur dossier sous la rubrique « Mon compte » du caf.fr

Dans les Hauts-de-Seine, seuls quelques allocataires sont concernés


Nouvelle tarification pour le serveur téléphonique de la Caf




Depuis le 1er octobre 2015, une réforme des paliers tarifaires téléphoniques est intervenue pour tous les numéros permettant d’accéder à un service à valeur ajoutée (numéros courts de type 36XX et ceux commençant par 08)

Ainsi, depuis cette date, le numéro unique de téléphone de la Caf (0810 25 92 10) est facturé 0,06 euro auquel s’ajoute le prix de l’appel défini par le fournisseur d’accès de la personne appelante. Ce coût est identique que l'appel émane d’un poste fixe ou d’un téléphone mobile

Rappelons que ce numéro permet au public, 24 heures sur 24 et sept jour sur sept, l’accès au serveur vocal de la Caf et, du lundi au vendredi de 9 h 00 à 16 h 00, de joindre un téléconseiller

jeudi 22 octobre 2015

Un site internet pour l'observatoire de la précarité et du mal-logement des Hauts-de-Seine


L'observatoire de la précarité et du mal-logement dans les Hauts-de-Seine propose en ligne des données et des analyses sur les conditions de vie des populations

L'ouverture du site constitue le premier acte de l'association OPML92, créée le 18 juin dernier, afin de poursuivre et amplifier l'idée d'observatoire, lancée en 2013 dans le cadre de la campagne logement 92

www.precaritelogement92.fr/

jeudi 15 octobre 2015

Zoom sur la future prime d'activité


La prime d’activité, nouvelle prestation de soutien à l’activité ou d’incitation à la reprise d’activité, entrera en vigueur en janvier 2016

L'objectif que s'est donné la branche famille est de permettre à tout bénéficiaire de percevoir cette prestation dans des conditions optimales. Pour relever le défi, elle œuvre à la mise en place d'une démarche 100 % dématérialisée : des démarches exclusivement sur caf.fr, sans pièce justificative ; une évolution significative pour les allocataires qui voient ainsi leur relation avec la Caf simplifiée, sans être pour autant déshumanisée

En savoir plus

mercredi 14 octobre 2015

La Sécurité sociale a fêté ses 70 ans…

Dans le cadre des célébrations du 70ème anniversaire de la Sécurité sociale, la Caf des Hauts-de-Seine a participé à diverses manifestations




Le 30 septembre, elle était présente lors d'une opération de "street marketing" au Cnit à La Défense destinée à promouvoir les services en ligne des organismes de Sécurité sociale : Caf, Cpam, Cnav, Urssaf, RSI





Deux tables rondes se sont tenues, le même jour, à l’espace Landowski à Boulogne-Billancourt

La première, réunissant Fabrice Dorin, premier vice-président du conseil d’administration de la Caf des Hauts-de-Seine, Amaury de la Serre, administrateur au conseil d’administration de la Cnav, Patric Mourgère, président du conseil de la Cpam des Hauts-de-Seine, Bernard Noël, président du conseil d’administration du RSI Île-de-France Ouest et Patric Gapenne, vice-président de l’Urssaf Île-de-France, portait sur les valeurs de la sécurité sociale d’aujourd’hui

La seconde, mettait en présence Caroline Gugenheim, directeur de la Caf des Hauts-de-Seine, Coralie Petignier, directrice des agences Cnav de l’Ouest francilien, Alain Bourez, directeur de la Cpam des Hauts-de-Seine, Claire Ndiaye, directrice du pôle offre de service et santé du RSI Île-de-France Ouest et de Philippe Renard, directeur de l’Urssaf Île-de-France, portait sur les innovations et partenariats dans les Hauts-de-Seine

Julien Damon, professeur associé à Sciences Po, a animé ces deux tables rondes

Philippe Maffre, sous-préfet d’Antony et de Boulogne-Billancourt, a ouvert la séance placée sous le patronage de Marisol Touraine, ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes


Plus de 100 partenaires étaient présents (élus des communes, du Conseil départemental, représentants de la mission nationale de contrôle, des centres sociaux, des CCAS, de la Cramif, des associations…) et ont pu échanger avec les présidents et directeurs, notamment par le biais de SMS envoyés à l’animateur

Le 4 octobre, date de l’anniversaire de la Sécu, 60 salariés ont rejoint la course Odysséa en faveur de la lutte contre le cancer du sein





5 octobre : deux inaugurations dans le département


Le service d’accueil de jour éducatif (SAJE), situé 16 rue Gaston Appert à Villeneuve-la-Garenne, a été inauguré en présence de Yann Jounot, préfet des Hauts-de-Seine, Thomas Fauconnier, sous-préfet à la politique de la ville et à la cohésion sociale, Marie-Laure Godin, vice-présidente du Conseil départemental, Alain-Bernard Boulanger, maire de Villeneuve-la-Garenne, et de Odile Faussemagne, présidente de l’association Jean Cotxet

Géré par l’association Jean Cotxet, cet établissement inscrit des actions de soutien à la fonction parentale, en prolongement du lieu d’accueil, destiné à la prévention des ruptures scolaires et familiales

L’action s’adresse à des enfants de 5 à 12 ans, scolarisés de la dernière année de maternelle à la 6ème, ainsi qu'à leurs parents en situation de vulnérabilité sociale

Elle fait l’objet d’une aide financière de la part de la Caf des Hauts-de-Seine depuis 2007, au titre des réseaux d’écoute d’appui et d’accompagnement des parents

La Caf a aussi participé au fonctionnement à hauteur de 20 000 euros et de 9 000 euros pour l’équipement en matériel

Le même jour, le multiaccueil Pistache, 7 rue de la Gare à Issy-les-Moulineaux, a été inauguré en présence de Claire Guichard, maire-adjointe déléguée à la petite enfance, Sylvain Forestier, président de La maison bleue, et de Fabrice Dorin, premier vice-président du conseil d’administration de la Caf

Géré par la société La maison bleue, l’établissement dispose d’une capacité d’accueil de 17 places et de 22, à terme, dont 10 sont réservées à la commune et les autres aux salariés des entreprises partenaires du projet

La structure a bénéficié de la part de la Caf, d’une subvention d’investissement de 206 800 euros, prélevée sur le plan crèche pluriannuel d’investissement, représentant 47 % du coût du programme, et perçoit par ailleurs la prestation de service unique, servie par la Caf au titre de son fonctionnement

jeudi 1 octobre 2015

Signature d'un contrat ville entre la Caf et la ville de Colombes


Le contrat ville de Colombes pour 2015-2020 est un document de planification essentiel pour accompagner les projets de renouvellement urbain et traduire l'effort des partenaires pour accentuer leur implication auprès des habitants des quartiers populaires. Colombes comporte en effet trois quartiers considérés comme prioritaires et trois quartiers dits en "veille active"


La Caf est très présente dans cette démarche, en fournissant des données et en étant partie prenante des actions d'accompagnement des populations vers l'accès aux droits et aux équipements locaux. Le contrat se donne ainsi pour objectifs de pallier le déficit de modes d'accueil des jeunes enfants, de soutenir les parents dans leur rôle de premier éducateur de la famille, ou encore, d'agir sur l'habitat privé


mardi 29 septembre 2015

Une convention "Ideal" signée entre la Caf des Hauts-de-Seine et Adoma

Thierry Bergereau, Fred Latour, Didier Lesur

Le 24 septembre dernier, une convention Ideal a été signée, par Thierry Bergereau, directeur de l'établissement Adoma-Île-de-France et Fred Latour, directeur général adjoint de la Caf des Hauts-de-Seine, en présence de Didier Lesur, président du conseil d’administration de la Caf

Grâce à cette convention, Adoma pourra transmettre à la Caf, par voie électronique, via l’applicatif Ideal (intégration des demandes d’aide au logement), les renseignements constitutifs d’une demande d’aide au logement qui seront injectés directement dans le système d’information de la Caf

La Caf verse mensuellement une aide au logement à plus de 2 000 bénéficiaires logés par Adoma, représentant plus de 450 000 euros